• DDSIS du Pas-de-Calais
  • ZAL des Chemins Croisés
  • 18 rue René Cassin
  • 62223 Saint-Laurent-Blangy
  • Tél 03 21 21 80 00 - Fax 03 21 21 80 62

Un exercice NRBC de grande ampleur en gare de Saint-Omer

Dans un peu moins de quatre mois, débuteront les Jeux Olympiques de Londres. Un événement outre-manche qui amènent les Sapeurs-Pompiers du Pas-de-Calais à être également sur le pont. C’est donc dans ce cadre-là, qu’un exercice NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique, Chimique), grandeur nature, a été organisé dans la nuit du jeudi 22 mars, en gare de Saint-Omer, à bord d’un TGV, en présence du Préfet du Pas-de-Calais, M. Denis ROBIN. Le scénario : un sac a volontairement été laissé par une personne. A l’intérieur, un flacon dont une substance s’est dégagée, générant de nombreux symptômes et une contamination chez les passagers présents dans cette voiture. Le contrôleur donne aussitôt l’alerte. Il est 21h43 quand les sapeurs-pompiers reçoivent le message. Sur place pas moins de 122 sapeurs-pompiers dont 39 officiers, 23 sous-officiers et 60 hommes du rang, arrivent sur les lieux. Parmi eux, l’Unité des Risques Technologiques (URT). « Nous avons joué la montée en puissance du dispositif », explique le Lieutenant-colonel Eliséo SAEZ, chef de la Sous-Direction Opérationnelle (SDO). Des secours, venus de tout le département, ont été prépositionnés sur un parking, proche du site. Au total, 25 Centres d’Incendie et de Secours (CIS), la Direction Départementale ainsi que les groupements Est, Centre et Ouest ont été mobilisés au niveau des sapeurs-pompiers. Car naturellement la Préfecture, la police, la gendarmerie, le SAMU, la SNCF ou encore la Croix Rouge étaient également sur place. « Ce sont des élèves de l’IFSI (Institut de Formation des Soins Infirmiers) de Calais qui ont joué les victimes », précise le Lieutenant-colonel. Sur place, les secours découvrent des personnes décédées, des symptomatiques valides et invalides et des impliquées.

Objectif : tester la nouvelle cellule de décontamination, la Cedec

Un exercice de grande ampleur qui avait plusieurs objectifs. Tout d’abord, tester la nouvelle cellule de décontamination, appelée Cedec. « L’objectif était de décontaminer les victimes potentiellement exposées au produit dispersé avant de les envoyer au PMA (Poste Médical Avancé), explique le Lieutenant-colonel Eliséo SAEZ. Il fallait également rechercher la nature du produit. » C’est donc équipés de Tenues Légères de Décontamination (TLD) ou pour d’autres de scaphandres, que les sapeurs-pompiers ont agi en zone de danger (zone d’exclusion et zone contrôlée). L’utilisation des kits victimes, permettant une première décontamination rapide, au point de Rassemblement des Victimes (PRV) fut également l’un des objectifs, tout comme « assurer la coordination multi services. C’était un exercice conjoint avec le SAMU, la Police, la Gendarmerie, la SNCF… », sous la direction de Madame la Sous-Préfète de Saint-Omer, Mme Chantal MANGUIN-DUFRAISSE. Un exercice qui s’est achevé aux alentours de 1h30 du matin.
Après un débriefing à chaud, chaque service concerné participera dans quelques semaines à un grand débriefing à froid, afin d’aborder les axes de progrès.

Le SDIS 62
Organisation
Les missions des Sapeurs-pompiers
Le 18, appel d'urgence
Devenir Sapeur-pompier
Télécharger