• DDSIS du Pas-de-Calais
  • ZAL des Chemins Croisés
  • 18 rue René Cassin
  • 62223 Saint-Laurent-Blangy
  • Tél 03 21 21 80 00 - Fax 03 21 21 80 62

SINUS, un nouvel outil pour la traçabilité des victimes

Comme chaque année l’Enduropale du Touquet se déroule fin janvier, début février. Cette année, cet évènement sportif attendu par les fans de motos s’est tenu du 29 au 31 janvier 2016. Et comme à chaque édition, un important dispositif de sécurité a été mis en place. Mais cette année, une particularité était au rendez-vous. En effet, les sapeurs-pompiers ont utilisé, pour la première fois, lors des interventions l’outil SINUS à savoir le Système d’Identification Numérique Standardisé. « C’est un système d’identification et de catégorisation des victimes, à vocation interservices comme les sapeurs-pompiers le SAMU, la police, la gendarmerie ou encore les services préfectoraux », expliquent le Commandant Jean-François MERLOT, adjoint au chef du Groupement Organisation et Coordination des Secours et le Médecin hors-classe Gilles WOLLAERT, chef de la Sous-Direction Santé et Secours Médical. Cet outil développé à la base par les services de police notamment pour les services judiciaires, s’est développé au fur et à mesure dans certains SDIS de France.

Un bracelet à code-barres et une Fiche Médicale de l’Avant

Concrètement, lors d’une intervention et de la prise en charge d’une victime, celle-ci est équipée d’un bracelet où se trouve un code-barres. Les secours, médecins, infirmiers et sapeurs-pompiers mettent également autour du cou de la victime « une Fiche Médicale de l’Avant » où sont inscrits l’identité de la personne, les premiers soins réalisés, la catégorisation en fonction de l’importance des blessures (Urgence Relative, Urgence Absolue…) et une étiquette de référence du bracelet posé y est collée. « Cela permet une prise en charge de la traçabilité, grâce au bracelet, jusqu’à l’hôpital ». De plus en cas « d’évènement majeur, cela permet d’alimenter le CIP, la Cellule d’Informations du Public ». Les différents éléments sont ainsi répertoriés informatiquement dans une base de données. Et à chaque fois, que les victimes arrivent au Poste Médical Avancé, puis après à l’hôpital, leur bracelet est ainsi scanné afin de pouvoir les suivre et connaître l’évolution de leur état de santé. « Sur l’Enduropale, il y avait trois niveaux où SINUS était utilisé : le terrain où l’on mettait la mise en œuvre du bracelet et le recensement au PMA ; l’opératif avec notamment la salle opérationnelle de type CODIS et SAMU, le centre opérationnel de la gendarmerie… ; et le niveau stratégique avec le Poste de Commandement Opérationnel, le Centre Opérationnel Départemental, le Centre Opérationnel de Zone, la salle de commandement d’information de Beauvau…, détaillent le Commandant MERLOT et le Docteur WOLLAERT. Sur cet Enduropale, les sapeurs-pompiers mais aussi les équipes du SAMU 62 ou encore celles de la Protection Civile ont utilisé SINUS. Quant à la police à la Préfecture, ils l’ont consulté. On a joué complètement l’interservices. »

Objectif : Euro 2016

L’utilisation de cet outil SINUS sur l’Enduropale de cette année n’était pas anodine. Et pour cause, l’objectif est de le maîtriser parfaitement pour l’Euro 2016, qui se déroulera du 10 juin au 10 juillet 2016. Pour cela, une formation sera dispensée aux utilisateurs de l’outil. « Il faut qu’on se l’approprie et qu’on ait le réflexe SINUS. Le SDIS 59, l’utilise déjà. L’intérêt c’est de travailler avec le même outil. ». Autre avantage : « l’utilisation de SINUS permet d’avoir une liste cohérente des victimes, qui est validée par les différents échelons et modifiable à tous les niveaux. »

Le SDIS 62
Organisation
Les missions des Sapeurs-pompiers
Le 18, appel d'urgence
Devenir Sapeur-pompier
Télécharger